Togo

Une belle découverte de l'Afrique, paisible, authentique et hospitalière et des excursions dans des paysages naturels de toute beauté 

Nord, Sud et Région des plateaux ouest
circuit accompagné
Prochain départ : 25/11/2017
Autre mois de départ :
Durée : 15 jours
À partir de
1650 €
Type :
circuit, immersion, initiation à l'artisanat, randonnée facile
Public :
famille, tout public
Vous aimerez : Le Togo offre une découverte en miniature de l'Afrique, avec la belle diversité de ses paysages et de ses traditions
Sud et région des plateaux
circuit accompagné
Prochain départ : 13/01/2018
Autre mois de départ :
Durée : 15 jours
À partir de
1540 €
Type :
excursion, immersion, initiation à l'artisanat, randonnée facile
Public :
famille, tout public
Vous aimerez : Cette découverte de l’Afrique authentique et hospitalière. Une nature foisonnante, de très beaux sites naturels

TOGO

Étroite bande de terre d’une longueur de 650km, le Togo est l’un des plus petits pays d’Afrique de l’Ouest, limitrophe du Ghana à l’est, du Bénin à l’ouest, du Burkina Faso au nord et avec, comme façade maritime, le Golfe de Guinée au sud.

GÉOGRAPHIE

Le Togo peut être considéré comme une « Afrique miniature » de par sa diversité naturelle et culturelle. Sa région maritime est longée de plages de sable fin, de palmeraies et de mangroves (région d’Aného, fleuve Mono) tandis que la région des plateaux, à l’ouest, se caractérise par une végétation verdoyante et de nombreuses cascades : on y trouve des cultures de café et de cacao ainsi qu’une grande variété de bois et de plantes tropicales (ébène, yucca, acajou…). En se dirigeant vers le nord, les paysages deviennent plus arides, constituées de massifs volcaniques (région de la Kara), de grandes plaines (région des Savanes) et de falaises (falaises de Dapaong et de Défalé). Au centre du pays se situe la réserve de faune et de flore de Fazao-Malfakassa). Sa capitale Lomé se trouve sur la côte et regroupe la majorité de la population (plus d’un quart des Togolais).

HISTOIRE

Le Togo tire son nom de la ville de Toa-Go (Toa signifiant « eau » ou « lagune » et Go « rive opposée »), aujourd’hui appelée Togoville, ville coloniale germanique située à l’est de Lomé.
Le Togo a souffert de la traite des esclaves pendant plus de deux siècles, entre 1600 et 1850. Ce n’est qu’en 1884 que la colonisation allemande y met fin par la signature d’un traité de protectorat entre le roi Mlapa III de Togoville et Gustav Nachtigal d’Allemagne. L’époque coloniale allemande s’achève à la fin de la Première Guerre mondiale. Dès lors, le Togo est repris par les puissances françaises et britanniques qui se partagent le territoire. La France occupe la plus grande partie du territoire, à savoir le Togo tel qu’on le connait aujourd’hui. Le Royaume-Uni occupe, quant à lui, l’ouest du pays.
Le 13 décembre 1946, le Togo est placé sous la tutelle de l’Organisation des Nations Unies gérée par la France. En 1956, la France proclame la République autonome du Togo associée à la France.
 
Ce n’est que le 27 avril 1960 que le Togo accède à l’indépendance. Sylvanus Olympio devient président du Togo mais est très vite destitué par un coup d’État en 1963. Nicolas Grunitzky lui succède pendant 4 ans avant qu’un autre coup d’État éclate et qu’en 1967 Étienne Gnassingbé Eyadéma prenne le pouvoir. Étienne Gnassingbé Eyadéma met en place un nouveau parti, le Rassemblement du Peuple Togolais, et restera au pouvoir pendant plus de 38 ans. Dans les années 1970-1980, l’État instaure une politique de nationalisation de l’industrie du phosphate (ressource majeure du pays) et de promotion agricole. Les investisseurs étrangers affluent, permettant le développement économique du pays. Le système bancaire togolais est alors l’un des plus performants d’Afrique ; c’est pourquoi on surnomme le Togo la « Suisse de l’Afrique » à cette époque. Cependant, les troubles socio-politiques des années 1990 mettent à terre toute l’économie togolaise.
En 2005, le président Étienne Gnassingbé Eyadéma décède, el’armée met alors son fils Faure Gnassinbé, à la tête du pays. Sous la pression de l’Union Africaine et de la communauté internationale, ce coup d’état échoue lavec la démission de Faure Gnassingbé. Des élections ont alors lieu dans des conditions jugées frauduleuses par les opposants. 
Lors des élections législatives de 2007, le parti au pouvoir se maintient. L’Union Européenne décide d’appuyer à nouveau le Togo à travers des programmes d’aides.
 

CLIMAT

Le Togo bénéficie d’un climat tropical. La moitié sud connaît deux saisons humides, de mars à juillet et de septembre à octobre, et deux saisons sèches, de novembre à mars et d’août à septembre. Dans le sud du pays, les températures varient ainsi entre 23° et 32°C. La moitié nord du pays est, quant à elle, marquée par une seule saison des pluies entre juin et septembre. Dans le nord du pays, les températures varient entre 18 et 38°C.

LANGUE

Le français est la langue officielle du pays, parlée sur l’ensemble du territoire, avec des expressions propres au pays. Les langues locales sont également utilisées entre Togolais. Ces langues correspondent aux différentes ethnies (les langues du groupe éburnéo-dahoméen/langue kwa ; les langues para-gourma ; les langues tem). De façon générale, les Togolais parlent entre eux le mina-éwé (mina : dialecte d’éwé parlé à Lomé) dans le sud du pays et le kabyé au nord.
 

RELIGION

L’animisme est la religion dominante au Togo. Elle correspond aux croyances ancestrales. L’animisme est pratiqué par 58% de la population, en particulier dans l’extrême Nord et le Sud-Est. Selon les ethnies, les dieux, croyances et rites diffèrent. Le point commun entre l’ensemble des ethnies est le fait de croire en un Dieu suprême. Le christianisme est la seconde religion pratiquée au Togo (30%), dont les croyants (en majorité catholiques) sont principalement concentrés au Sud. L’Islam (12%) est pratiqué surtout dans le sud-est et dans le centre-nord-est du pays.
 
La ville de Kpalimé
Située dans la région des plateaux, à une vingtaine de kilomètres de la frontière ghanéenne et au nord-ouest de la capitale Lomé, la ville de Kpalimé est la quatrième plus grande ville du Togo ; elle compte environ 100 000 habitants. C’est également le principal centre artisanal du pays où se sont installés une multitude d’artistes et artisans : sculpteurs sur bois, batikeurs, potiers, tisserands, calebassiers, etc. 
Les paysages luxuriants des environs sont considérés comme les plus beaux et les plus fertiles du pays. La région fournit d’ailleurs 80% de la production nationale de café et de cacao. Les collines et les vallées profondes abritent de petits villages paysans, de magnifiques cascades naturelles et de nombreuses plantes et bois tropicaux.
Le centre communautaire de notre association partenaire AMECAA se trouve à Kpalimé.
 
Le village de Klo
La communauté de Klo-Mahondi est située dans la région des plateaux à 35Km à l’ouest de la ville de Kpalimé. Sa population est estimée à environ 2 000 habitants. Plus de 75% ont moins de 60 ans. L’activité principale du village est l’agriculture (coton, igname, mil) ainsi que l’élevage (volailles et ovin). Ce petit village aux concessions éparpillées reste de nos jours un village typique avec de nombreuses traditions.
L’association AMECAA mène des projets de développement dans ce village depuis sa création en 2001. 
 
La ville de Kara
Située dans le nord du Togo, à environ 400km de Lomé, au pied du massif montagneux du pays kabiyé, la ville de Kara est le chef-lieu de la région du même nom. Elle compte environ 110 000 habitants. La région de Kara est riche en réserves et parcs naturels tels que le parc animalier de Sarakawa ainsi qu’en artisanat (forge, poterie, travail du fer…). C’est également un centre agricole important, notamment pour la culture de l’igname, du coton et des arachides. Résider à Kara vous permettra de rayonner aisément dans la région.
Votre séjour au Togo contribuera à alimenter un fonds de développement qui sera géré par l'association partenaire, AMECAA.
 
AMECAA (Association Mondiale pour l’Echange Culturel Artistique et Artisanal), est une organisation non gouvernementale à but non-lucratif qui mène des projets de développement dans la région des plateaux ouest. 
 
L’association AMECAA a plusieurs domaines d’intervention :
 
- Education : appui à la réalisation et à la réhabilitation de bâtiments scolaires
- Santé : appui à la réalisation et à la réhabilitation de dispensaires, projets d’assainissement
- Environnement : projets de reboisement, agro-écologie
- Culture : promotion de l’art et de la culture locale à travers des expositions de vente et des concerts
 
Tout m’a plu pendant ce séjour, les ateliers de calebasse, de batik, les spectacles en soirée… C’est chouette, on participe. Les marches sont très agréables, la cascade de Womé, c’est merveilleux. La vue depuis le mont Agou est superbe, c’est très vert, tropical, il y a énormément de fruits et légumes. J’ai été accueillie comme je n’ai jamais été accueillie ailleurs. Mon fils de 10 ans s’est très bien adapté et a adoré, il a ramené des souvenirs, il a joué au foot avec les autres enfants. Ce que j’ai le plus apprécié, c’est l’accueil, le fait d’être accueillie un peu comme à la maison, en famille. Le soir, c’était comme si on revenait à la maison, les partenaires étaient toujours présents. J’ai gardé contact, ils m’envoient des messages, c’est adorable.
Vanessa B. et son fils, Antoine (10 ans), novembre 2017

Nous sommes partis deux semaines au Togo en février 2017. […] Le programme était vraiment varié. Nous avons participé à des ateliers d’artisanat local, nous avons fait des excursions vers des sites intéressants nous permettant de découvrir le patrimoine togolais. Nous avons aimé la visite de la cascade. […] Nous sommes montés au Mont Agou, la vue était superbe. On a également apprécié visiter la forêt aux chauves-souris, impressionnante. Il y’avait vraiment de tout à faire et à voir. Ce que j’ai préféré par-dessus tout c’était la visite de l’école ainsi que l’atelier Batik à Kpalimé en compagnie d’un artiste local. […] Ce qui nous a le plus plu, c’est vraiment le fait d’être hors des sentiers battus, d’être au contact des gens. Le point fort a été l’immersion chez l’habitant. […] Nous gardons en tête que du positif de ce voyage. C’était vraiment appréciable de pouvoir échanger facilement avec les accompagnateurs et chauffeurs. […] De façon générale, les gens étaient très accueillants. Nous avons discuté avec des personnes à Kpalimé lors de nos balades et nous nous ne sommes jamais sentis en insécurité. […] Je recommande vraiment ce voyage. Cela a bien répondu à ce que nous attendions du tourisme solidaire. Nous avons fait ce voyage sans avoir trop d’idées reçues. Nous aimerions beaucoup repartir avec cette formule, cette fois ci avec nos enfants.
Laurence B. - février 2017