FAQ

A PROPOS DU SÉJOUR DANS LES COMMUNAUTÉS TDS

Que fait-on dans les villages ?
Les activités dans les villages sont nombreuses et variées. Le programme est centré sur la découverte de la communauté et de son territoire (sites pittoresques, sites touristiques, marchés...). Il est établi en fonction des centres d'intérêt des voyageurs : partage de la vie quotidienne du village, initiation aux savoir-faire traditionnels (artisanat, cuisine, musique, danse, maraîchage, parties de pêche, etc), visites, excursions, randonnées (à pied, en vélo, en pirogue, à chameau selon les pays), rencontres et échanges avec les organisations sociales, discussions avec vos hôtes sur l'économie africaine, les traditions, etc... soirées récréatives (jeux traditionnels, danse, contes et légendes, etc) mais aussi baignades, siestes, repos... Dans chaque village du Burkina et du Bénin, un classeur recensant toutes les activités proposées est à votre disposition.

Les enfants  peuvent-ils participer à vos séjours ? Ne risquent-ils pas de s'ennuyer ?
Nos séjours sont une bonne initiation au voyage et à la rencontre, aux notions d'inter culturalité. Cependant, pour les jeunes enfants, il est sans doute préférable d'éviter le voyage au Mali et de privilégier des séjours en immersion couplé à des excursions faciles (réserve animalière, Sénoufo...). La configuration des concessions des voyageurs permet aux jeunes enfants d'évoluer dans un espace à leur taille, c'est-à-dire suffisamment grand pour permettre les découvertes et les activités cependant propice pour une surveillance, accentuée par le grand nombre de personnes travaillant dans la concession. Les enfants bénéficieront d'une bienveillance et d'une attention de toute la communauté. Ils seront sollicités par les enfants du village pour des jeux. Les activités proposées aux voyageurs, en grande partie, peuvent satisfaire leur besoin de découvertes, d'activités. De nombreux enfants et jeunes ont déjà participé aux séjours proposés par les communautés d'accueil TDS.

Les séjours que vous proposez avec des randonnées sont-ils accessibles à tous ?
Tous les séjours comportant des randonnées sont accessibles à toute personne en bonne santé. Au Maroc, en Equateur, au Burkina Faso et au Bénin, les randonnées ou balades sont faciles. Au Mali, dans le pays Dogon, elles ne présentent pas de difficultés majeures, vous pourrez, si vous l'estimez préférable à un moment, rester dans un village plutôt que de faire une marche. L'accompagnateur sera là pour vous conseiller. Les marches peuvent également être modifiées selon la composition du groupe.

Comment sont choisies les communautés d'accueil ?
L'activité d'accueil touristique ne peut réussir qu'avec des communautés déjà dotées de grandes qualités. Elle demande beaucoup de sagesse et de clairvoyance à leurs « institutions ». Elle s'adresse à des communautés qui ont déjà fait la preuve de leur grande cohésion, d'une tradition d'ouverture et de leur forte vitalité culturelle. Les jeunes jouent un rôle important dans l'organisation des activités qui couvrent un territoire plus vaste que le village lui-même. La place des jeunes dans la société locale et les relations de voisinage entretenues par le village avec son environnement sont donc prises en compte. Un certain nombre de contraintes matérielles s'ajoutent : une taille suffisante de la communauté, un accès pas trop difficile, un habitat groupé, un bon approvisionnement en eau potable, un centre de soins de proximité.

Où loge t-on dans les communautés ?
En Afrique, vous êtes logés dans la Concession des voyageurs, un ensemble de constructions traditionnelles qui vous est réservé au cœur des villages : chambres doubles, WC à la turc, paillote restaurant, cuisine, bar, boutique artisanale, cour aménagée. Les chambres sont des cases ou maisonnettes traditionnelles aux toits de chaume. À Koïrézéna (Burkina) et Iloa (Mali), les voyageurs logent dans des cases peuhles, grandes tentes en nattes tressées traditionnelles. Le confort est simple et propre mais efficace. Vous disposerez d'un matelas, de draps et couvertures et d'une moustiquaire.
Au Maroc, l'hébergement se fait en chambres d'hôtes ou en gîtes. En Equateur, à Sinchi Pura vous serez logés dans des « cabanas », habitat traditionnel, à Kuya Llakta : dans un centre communautaire réservé à cet effet et chez l'habitant à San Martin Alto.
Les jours d'arrivée et de départ, vous serez hébergé en hôtel à la capitale.

Comment fait-on pour la douche ?
Les communautés d'Afrique de l'Ouest disposent d'une eau de bonne qualité mais qui n'arrive pas via des robinets ! Dans les salles d'eau, vous aurez à votre disposition un grand récipient et une calebasse pour vous laver. Cela peut paraître sommaire mais c'est extrêmement agréable, d'autant plus que la chaleur rend cet instant très précieux. Au Maroc et en Équateur, des douches sont à votre disposition. 

Où sont les toilettes ?
En Afrique de l'Ouest, à l'écart, dans un bâtiment en dur aménagé.

Faut-il craindre la nourriture ?
Non, les cuisinières et tous les membres de l'équipe de personnel sont formés à l'hygiène. Pris sous une paillote, chaque repas commence par un rituel lavage des mains. Les Africains ont remarqué que les Européens avaient l'estomac fragile : les crudités sont préparées avec soin comme tous les plats d'ailleurs. Les repas sont à base d'ingrédients locaux, les cuisinières proposent des plats traditionnels mais aussi européens. Il est important de faire attention aux mets qui vous sont proposés dans les marchés ou autres.

Peut-on boire l'eau dans les villages ?
Dans les communautés d'Afrique de l'Ouest mais aussi en Equateur ou au Maroc, il est préférable de boire l'eau minérale. Des bouteilles sont vendues dans toutes les concessions des voyageurs. Vous pouvez amener, si vous le souhaitez, des pastilles pour traiter l'eau de boisson.
Lors de vos différentes visites et excursions, vous pourrez toujours "tremper vos lèvres" dans les calebasses que vos hôtes vous présenteront en signe de bienvenue, tout en leur expliquant que votre estomac n'est pas habitué à leur nourriture et leurs boissons; ainsi dit, ils le comprendront très bien et ne s'en offusqueront pas. Par ailleurs, le thé, le café sont normalement sans danger si l'eau a été bouillie. En cas de doute, informez-vous toujours sans crainte ni préjugé.

Est-il possible d'assister à un office religieux dans le village ?
Au Burkina Faso comme au Bénin, la population se répartit entre les religions traditionnelles ou animistes et les deux grandes religions révélées : chrétienne (catholique et protestante) et musulmane. Le culte traditionnel reste fortement ancré chez la plupart des personnes et influence la vie sociale et politique du pays. Les religions cohabitent pacifiquement. Le culte du vaudou est un phénomène marquant au Bénin.
Vous pourrez assister à des cultes religieux, invités en cela par la population et avec les conseils de votre accompagnateur. Concernant le vaudou au Bénin, vous en verrez les signes un peu partout et pourrez assister à des évènements où les rites vaudous sont présents. Cependant, il existe des lieux interdits aux non-initiés (temples, forêt sacrée lors de rites...), il est important de tenir compte des interdictions qui vous seront indiquées. Ne les transgressez pas sous peine de choquer la population.
N'oubliez pas que les rites religieux ou les manifestations les plus visibles d'une culture ne sont pas les seuls points d'intérêt des populations rencontrées.
En Équateur, l'immense majorité des habitants est de religion catholique et pratique de façon ostentatoire mais les cultes pré-colombiens et animistes n'ont pas été complètement oubliés, en particulier dans les communautés amazoniennes.

La consommation d'alcool est-elle possible ?
Elle est possible dans toutes les communautés d'Afrique de l'Ouest sauf à Koïrézéna et Zigla au Burkina Faso et Iloa au Mali. Les habitants sont en majorité de religion musulmane. Dans les communautés où c'est possible, seule la bière est servie au bar de la concession des voyageurs. Au Maroc, la consommation d'alcool est possible à Agadir. En Équateur, pas de restriction sauf de consommer avec modération !

Peut-on discuter en français avec les Équatoriens ?
Les communautés parlent espagnol, la langue officielle mais aussi pour certaines, le quichua. L'accompagnateur pourra vous servir d'intermédiaire. Cependant, il s'agit d'un « espagnol » aisé à comprendre, plus facilement qu'en Espagne par exemple.

Quelle langue parle t-on dans les communautés africaines ?
Le français, langue officielle d'enseignement est parlé par une large minorité de villageois ; le cas échéant les guides villageois et l'accompagnateur servent d'interprètes, notamment auprès des femmes et des anciens.

A PROPOS DU TOURISME SOLIDAIRE

Puis-je prendre des photos ?
Dans les Villages d'Accueil TDS, vous n'aurez pas de mal à photographier les habitants mais comme partout ailleurs faites le avec mesure, sans vous cacher et en demandant l'autorisation le cas échéant pour des portraits rapprochés. L'idéal est que cet acte résulte d'un échange préalable qui témoigne de votre intérêt pour la personne. Si vous promettez d'envoyer des photos, n'oubliez pas de le faire à votre retour en France. Les villageois sont très sensibles aux promesses faites par les voyageurs.
TDS Voyage est preneur de vos plus belles photos pour la promotion des Villages d'Accueil !

Pourquoi le chauffeur ne prend-il pas ses repas avec les voyageurs ?
La location du véhicule se fait avec chauffeur auprès d'un prestataire indépendant de TDS Voyage. Le chauffeur est donc salarié par le loueur, salaire qui tient compte des repas et des hébergements pour la nuit. Souvent, nous avons constaté que les chauffeurs préféraient rester dans leur véhicule, par souci de gardiennage mais aussi pour mettre plus d'argent de côté.
Le chauffeur, dans les communautés, se voit offrir ses repas (et son hébergement). Cependant, les villageois ne tiennent pas à ce qu'il les prenne avec les voyageurs, considérant que cela ne relève pas de sa fonction.

Peut-on emmener des médicaments pour en faire don ?
Il est maintenant formellement interdit d'emmener des médicaments à l'étranger pour en faire don, vous avez seulement le droit d'amener votre pharmacie personnelle. Attention, pendant votre séjour, ou à votre départ, il est déconseillé de laisser ses médicaments. Les communautés disposent de dispensaires qui sont habitués à traiter les maladies courantes. Nos médicaments ne sont pas forcément adaptés à la situation et peuvent également représenter un danger dans le cas d'une automédication et alimenter un marché parallèle.

Que peut-on apporter au village ?
Vous pouvez emmener votre joie, votre bonne humeur et votre envie de partager et d'échanger, qui sont les principes du tourisme équitable et solidaire. Munissez vous de jeux de société pour les soirées, ils sont toujours très appréciés. N'oubliez pas que les dons individuels favorisent la mendicité, provoquent la jalousie et que les objets laissés ne correspondent pas forcément aux besoins prioritaires. En séjournant dans la communauté, vous créez de l'activité économique et vous participez au mieux-vivre de ses habitants.
Sur place ou à votre retour, vous pourrez soutenir un projet mais toujours sous couvert du Conseil Villageois de Développement.

Que faites-vous en matière de développement local dans les pays ?
Les revenus du tourisme ont permis de nombreuses actions de développement dans nos Villages d'Accueil.
Sur le plan économique : rentrées monétaires significatives dans le village et son terroir - achats de produits de consommation aux commerçants et producteurs locaux, en indemnités pour le personnel, en prestations pour les artisans, en marge bénéficiaire pour le village (objectif de 20 % du chiffre d'affaires)
Sur le plan social : grâce aux formations dispensées aux villageois dans des domaines pouvant être utilisés au quotidien (gestion, santé, hygiène, cuisine, animation), mais aussi la gestion d'une petite entreprise de l'économie sociale et l'apprentissage de la démocratie participative
Sur le plan culturel : par la revalorisation des traditions parfois en perte de vitesse, notamment auprès des jeunes.
Ces effets positifs valorisent la gestion du projet par les villageois qui sont en prise directe avec les voyageurs et qui doivent construire l'échange et la relation dans une dimension collective et communautaire.
Les revenus des séjours ont aussi un effet sur les autres activités économiques locales nationales (location véhicules, hôtels, restaurants, visites...).

Après le voyage, que puis-je faire pour continuer à apporter mon soutien au village ?
Voyager autrement, de manière plus responsable, en privilégiant les échanges et la rencontre et en contribuant au développement des communautés d'accueil, démontre une ouverture aux questions des rapports Nord/Sud, aux notions de commerce équitable et de développement durable.
Le projet de tourisme solidaire de TDS ne constitue pas une fin en soi. Il peut également susciter des actions complémentaires de solidarité, et ainsi permettre à des voyageurs sensibles à ces questions de poursuivre leur engagement au-delà de leur séjour dans un village d'accueil.
Le soutien au village peut s'exprimer par une contribution aux projets de développement communautaires initiés et présentés exclusivement par le Conseil Villageois de Développement. Cependant ce mode d'action est complexe et peut nécessiter de fortes compétences et un investissement sur la durée.
Nous préférons inviter les anciens voyageurs à privilégier un engagement dans des actions de promotion des Villages d'Accueil et de leurs séjours, en participant aux manifestations auxquelles le mouvement TDS participe (stands, salons, conférences...)

INFORMATIONS PRATIQUES ET ADMINISTRATIVES

Peut-on payer avec des chèques vacances ?
Non. Vous pouvez régler votre séjour par chèque bancaire ou postal et par carte bancaire. Dans le cas d'un paiement par carte bancaire, il vous suffit de nous faire parvenir vore bulletin d'inscription et de nous communiquer ensuite, par téléphone, le numéro inscrit sur votre carte bancaire afin que nous procédions au prélèvement. Une facture vous sera envoyée dès le paiement effectué.

L'acheminement entre notre domicile et l'aéroport est-il prévu par TDS Voyage ?
Le pré acheminement n'est pas inclus dans les frais du séjour. Il vous revient de rejoindre l'aéroport par vos propres moyens et inversement de l'aéroport jusqu'à votre domicile. Les avions peuvent parfois avoir du retard, nous vous conseillons donc de garder une marge de sécurité pour le retour.

Combien de temps avant le départ doit-on faire la demande de visa ?
La demande de visa doit être faite au minimum 10 jours avant le départ pour un visa, 3 semaines si deux visas sont nécessaires. À l'inscription, nous envoyons un carnet de voyage où sont détaillées les procédures.

Le passeport est-il obligatoire pour le Maroc ?
Oui, car il s'agit d'un circuit itinérant, et le changement d'hébergement chaque jour ne permet pas de voyager avec sa seule carte d'identité.

Quelles températures allons-nous avoir ?
Selon les pays et les dates où vous partez les températures peuvent varier, nous vous convions donc à nous contacter pour de plus amples informations. Nos voyages sont programmés aux périodes climatiques les plus favorables.

Que doit-on emmener comme vêtements ?
Vous trouverez des indications concernant les vêtements à apporter dans les infos pratiques de chaque séjour. Le carnet de voyage contient toutes les informations à ce sujet. Il est préférable de porter des vêtements « décents » (pas de jupes ou robes trop courtes) pour ne pas choquer la population dans les communautés. Votre intégration n'en sera que meilleure.

Est-il possible de recharger les batteries des appareils-photos ou des téléphones ?
En Équateur et au Maroc, les communautés disposent d'électricité. Dans les communautés burkinabé, béninoises ou maliennes, le chargement des batteries peut se faire dans les bâtiments publics. L'accompagnateur est là pour vous guider.

Un représentant de TDS Voyage est-il présent à l'aéroport de départ ?
Nous ne serons pas présents à l'aéroport, mais les voyageurs pourront se reconnaître en ayant à la main la brochure TDS Voyage. À l'arrivée dans le pays d'accueil, l'accompagnateur TDS sera à l'aéroport pour vous accueillir, muni d'un panneau pour se faire reconnaître.

Suis-je assuré si j'annule une semaine avant le départ ?Si vous avez souscrit une assurance annulation interruption ou multirisques, vous pourrez être remboursé selon les conditions générales de vente s'il s'agit d'une maladie, d'un accident, d'une cause définie dans les conditions générales du contrat. Cependant, cette assurance est facultative.
Si vous n'avez pas souscrit à l'assurance annulation interruption mais que vous avez réglé par carte bancaire, renseignez-vous auprès de votre banque afin de savoir si vous êtes assuré pour votre achat.
En ce qui concerne l'assurance assistance rapatriement, notre association a établi un protocole d'évacuation avec l'accompagnateur présent sur place. Dans ce cas, il s'agit de notre contrat d'assurance Inter Mutuelle Assistance / MAIF qui s'occupe de votre rapatriement sanitaire ou de votre hospitalisation dans le pays.

En quoi consiste l'assurance annulation-interruption que vous proposez ?
Annulation du voyage pour l'une des causes suivantes après la souscription de l'assurance : décès, accident corporel grave, maladie grave, de vous-même, votre conjoint, vos ascendants ou descendants (parents et beaux-parents, frères, sœurs). Exclusion : maladie déjà constatée, traitement esthétique, complication de grossesse, non présentation des documents indispensables au voyage (ex : passeport...).
Interruption du voyage de plus de 3 jours, l'Européenne d'Assurances s'engage à vous rembourser les prestations non consommées, pour l'une des causes suivantes : décès, accident corporel grave, maladie grave, de vous-même de votre conjoint, vos ascendants ou descendants jusqu'au 1er degré.
Si vous choisissez de souscrire à cette assurance, nous vous ferons parvenir les conditions détaillées sur demande.

En quoi consiste l'assurance multirisques proposée ?
Après souscription de cette assurance, l'Européenne d'Assurances garantit le remboursement des pénalités d'annulation facturées suite aux événements suivants : décès, accident corporel grave, maladie grave, de l'assuré, de son conjoint, de ses ascendants et descendants jusqu'au 2ème degré, complications de grossesse de l'assurée, dommages graves du véhicule de l'assuré dans les 48 h précédant le départ et dans la mesure où celui-ci est indispensable pour se rendre à l'aéroport. Exclusion : traitement esthétique, oubli de vaccination, épidémies...
Dans tous les cas l'Européenne d'assurance prélève une franchise de 30 € par personne.
Si vous choisissez de souscrire à cette assurance, nous vous ferons parvenir les conditions détaillées sur demande.

Si je suis malade ou accidenté, comment et où serais-je soigné ?
Les communautés disposent de dispensaires à proximité pour les premiers soins. Dans le cas de maladie plus sérieuse, le malade est transféré à l'hôpital (ou la clinique) le plus proche, souvent à la capitale. Si le médecin le juge indispensable, nous pouvons avoir recours à notre assurance pour une évacuation sanitaire. C'est alors notre assurance MAIF qui prend le relais et assure les conditions du rapatriement. Les accompagnateurs connaissent la procédure en cas de problèmes de santé.

Les vaccins sont-ils obligatoires ?
Oui, pour les pays d'Afrique de l'Ouest le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. Le livret jaune de vaccination internationale vous sera demandé à l'arrivée dans le pays. Ce vaccin se fait dans un centre de vaccination internationale, il est prudent de prendre rendez-vous le plus tôt possible. Il faut également vérifier que les vaccins habituels soient à jour : tétanos, poliomyélite, diphtérie. Consultez votre médecin quelques semaines avant votre départ pour faire le point de vos vaccinations. Si pour des raisons médicales, vous ne pouvez pas vous faire vacciner contre la fièvre jaune, le Centre de vaccination internationale devra vous délivrer une attestation de contre-indication.

Pour les enfants en bas âge (3 ans par exemple) le tarif est-il le même ?
Les compagnies aériennes régulières n'offrent pas toujours de réduction de prix pour les enfants. Cependant, quand il s'agit d'enfant en bas âge, nous pouvons accorder une réduction sur les prestations dans le pays. Il faut nous consulter.
À partir de la quatrième personne d'une même famille, l'association effectue une réduction de 5 %.

J'ai déjà adhéré à votre association en début d'année, pourquoi me comptez vous une nouvelle adhésion pour mon voyage ?
En janvier vous avez peut être reçu un appel à cotisation concernant l'association de développement, TDS (Tourisme et Développement Solidaires). Or, nos voyages sont réservés aux membres de l'association TDS Voyage.

Faites-vous une réunion d'information avant le départ ?
Les réunions de préparation au voyage ont lieu normalement entre un et deux mois avant le départ. Cependant, si vous êtes un ou deux voyageurs de votre région, vous serez contactés par téléphone pour obtenir des informations concernant votre séjour.

Que faut-il emmener comme argent ? Est-il possible de retirer de l'argent sur place ?
Le minimum pour vos boissons (environ 2-3 euros par jour), quant à vos dépenses personnelles, tout dépend de vos besoins habituels notamment en termes d'achats cadeaux. Même si certains prix vous paraissent dérisoires de la part des artisans dans les communautés, ne surenchérissez pas. Les artisans ne travaillent pas que pour les touristes, ne faites pas grimper les prix !
Inversement, n'abusez pas du marchandage. L'accompagnateur pourra vous donner des indications de prix mais attention, devant un vendeur qui annonce un prix, il ne pourra absolument pas prendre parti pour l'un ou pour l'autre.
n Afrique, il est possible de retirer de l'argent à un distributeur automatique à votre arrivée à la capitale. Dans les villes de moyenne importance, il est possible de changer des euros. Dans les communautés, le change n'est pas possible. En Equateur et au Maroc (l'hôtel d'Agadir est situé dans une rue proche de plusieurs banques), le retrait bancaire se fait dans les grandes villes ou à l'aéroport. Privilégiez d'amener avec vous des coupures en euros. En Équateur, des devises en dollars US.